Recherches

Du management des risques au management basé sur le risque

Mon expérience professionnelle d’Expert Comptable, auditeur de la performance des entreprises pour les Comités d’Entreprise, a mis à l’épreuve de nombreuses idées préconçues, des préjugés, des a-priori, que je tenais pour acquis. Trois idées clés ressortent de ce moment clé de mon expérience professionnelle :

  • L’existence des risques et donc l’inévitable prise de risque associée à l’action individuelle et collective est le plus souvent déniée dans la culture managériale occidentale.  Pourtant l’absence de contrôle parfait des résultats collectifs est un fait majeur de l’action organisée. Comment comprendre et expliquer ce paradoxe ?
  • Ce déni des risques cause des gaspillages immenses de ressources, notamment humaines, car l’inévitable part de la chance ou de la malchance dans les résultats n’est pas prise en compte. Incapable de distinguer l’erreur, du risque et parfois même de la faute, les relations publiques (sauver la face) dominent la question de la recherche de l’excellence au dépend d’un véritable apprentissage collectif.
  • Admettre l’existence des risques et respecter sa définition théorique (enfin reconnue récemment dans les normes comme  « l’effet de l’incertitude sur l’atteinte des résultats » (ISO 3100, nov 2009)), implique logiquement d’identifier, de mesurer, de traiter les risques, avant toute démarche d’amélioration continue (déclencher un apprentissage après la reconnaissance d’une erreur). La gestion des risques n’est donc pas affaire de spécialiste, mais le socle incontournable de toute action managériale.
Ces idées fondent mon programme de recherche et se décline dans des actions de recherche portant sur des domaines variés :
  • Les biais de jugement, la prise de décision individuelle et collective.
  • Les risques dans le management des ressources humaines (entretien annuel d’évaluation, recrutement, système de rémunération et engagement, …)
  • Rédaction de la partie management des risques dans le document de référence des sociétés cotées. 
  • Description des caractéristiques organisationnelles et du système de management des organisations très fiables (High Reliable Organization).

Quelques sources d’inspiration :

Au préalable : Réaliser les faiblesses de l’esprit pour, lorsqu’on en a pris conscience, faire l’effort de le détromper : The Monkey Business Illusion – Optical Illusion Beyond Belief and Back

Des immenses chercheurs qui vous font grandir

Sur le site de Dan Ariely, qui est une source d’inspiration continue pour mon travail, vous trouverez de nombreuses ressources, et surtout beaucoup de ses articles.

Une référence centrale dans mon parcours intellectuel est celle de Daniel Kahneman. Quelques liens pour le voir, le revoir , l’écouter dans un excellent français ou lire sa conférence Nobel :Kahneman D., 2003, Maps of bounded rationality psychology for behavioral economics (Conf Nobel).

Richard Thaler est sans doute l’économiste qui a le plus contribué à créer l’économie comportementale (behavioral economics). Ecoutez le et lisez le dans la traduction de « Nudge » récemment publié en poche en France (2012).