Devant le déluge de données

Mercredi 25 Janvier

Je terminais mon précédent billet par les nombreuses questions associées à ce monde nouveau de la connaissance qui nait avec l’internet. La société de la connaissance de P. Drucker n’est plus celle de l’école ou de l’église mais celle du déluge des données.  Internet offre des centaines de millions de pages, une myriade d’explications très souvent contradictoires. La mise à disposition à une échelle encore jamais expérimentée dans l’histoire de l’humanité de conjectures, d’hypothèses disponibles et accessibles constitue un nouvel environnement de la connaissance.

Continuer la lecture

Internet et nouvelles valeurs

L’ensemble de toutes les « explications possibles » s’est tellement étendu avec internet, qu’il impose à tous de nouvelles valeurs intellectuelles.

Dans cette série de billets, je vais tenter de partager différentes idées engageantes. La première est l’urgence absolue d’une éthique de la critique renouvelée en raison des conditions révolutionnaires créées par l’internet. La première étape est de faire état de cette nouvelle situation, de lui donner du sens. C’est l’objet de ce billet.

Au tournant du 20ème siècle, Autret (2002) cité par Gérald Bronner (2013) relevait qu’on avait en 5 ans produit plus de contenus écrits que depuis Gutemberg ! En 2005, on a mesuré 150 exabits (1018) de données nouvelles pour 1200 exabits en 2010 ! Cela ne cesse d’augmenter. Par comparaison, on estime à 1011 le nombre de neurones et 1015 le nombre de synapses. Pour rappel le nombre d’atomes dans l’univers observable est lui estimé à 1080. Continuer la lecture

Les MOOCS (massive open on line courses), même pas peur !

Il faut être bien peu sur de soi pour penser que son travail personnel de prof avec les étudiants, peut être mis en cause par ces cours diffusés gratuitement par les plus grands professeurs des meilleurs universités américaines comme ceux autour de Stanford (Coursera) ou ceux autour du MIT, Harvard, … (edX) et d’un regroupement d’autres universités. En Français regardez aussi l’offre d’Itune U et celle du collège de France.
A ce propos, je vous recommande aussi beaucoup des vidéos beaucoup plus grands publics de Ted. Pour ma part mes préférées sont celles de Hans Rosling (stat mondiales animées) ; Dan Gilbert (sur le bonheur) ; William Ury (Négo) ; Kahneman (extra comme d’hab) ; Barry Schwarts (pbs de choix) et surtout Jill Bolte qui m’a ému aux larmes. Faites votre marché !
L’apprentissage consiste moins à regarder en vidéo un enseignant résoudre un problème bien du premier coup, qu’à commettre soi même des erreurs et les corriger. Pour cela il faut du temps, de la disponibilité et une interaction confiante, ouverte complexe entre l’enseignant et l’enseigné ! Inutile de dire qu’il est rare et qu’apprendre quelque chose n’est pas facile. Les MOOCS ne feront jamais cela, mais peuvent servir de poly ou de préparation à un cours, comme on le fait bien souvent.

Risques et action publique

Dans la réflexion sur la réforme de l’Etat, comment ne pas envisager la question des risques et du management des risques !

Si l’Etat Providence dont le fonctionnement repose sur des dispositifs réglementaires et une bureaucratie obsolète, est inadapté aux circonstances modernes de la mondialisation, de l’hétérogénéité des territoires et des besoins, des ruptures technologiques de plus en plus rapides ; quels dispositifs organisationnels inventer pour continuer à garantir des sécurités sociales ?

La problématique de la réforme publique pourrait ainsi se poser :  Comment mieux gérer les risques de chômage, de maladie, de dépendance, … ?

Des solutions évidentes alors émergent car le financement des risques par l’assurance, au regard de règles de droits n’est plus la seule option de management public. On peut aussi  envisager des actions publiques pour diminuer la probabilité de l’accident social (le licenciement, la maladie, …) on parle alors de prévention ;  et des actions publiques pour diminuer la gravité de l’accident social lorsqu’il n’a pu être évité, on parle alors d’action publique de mitigation.